Urgent!! Le journal LE MONDE accuse la police turque d’utiliser les armes chimiques contre les manifestants

Posted on juin 1, 2013

0


Il y’ a de cela quelques jours, le très sérieux journal français le monde après une enquête toute aussi sérieuse menée par son envoyé spécial en Syrie Jean-Philippe Rémy , dans un article encore plus sérieux, affirmait avoir été témoin de l’utilisation d’armes chimiques par l’armée syrienne contre les rebelles armés par l’OTAN. Afin d’illustrer cette enquete digne du prix pulitzer de la stupidité, le journal LE MONDE publiait les photos des rebelles syriens au « front », mais aussi celles de certains d’entre eux ayant été « victimes » des dangereuses armes chimiques du « méchant » Bashar Assad. On pouvait ainsi voir les rebelles se protéger contre les effets d’armes chimiques en endossant des masques à gaz, et l’un des rebelles administrer un collyre à l’un de ses compagnons atteint par les terribles armes chimiques.

2

Les photos des rebelles syriens publiées par le Journal LE MONDE « prouvant » l’utilisation d’armes chimiques par l’armée Syrienne

Mais comment l’envoyé spécial du journal LE MONDE est il arrivé à  la conclusion selon laquelle il s’agissait bien d’armes chimiques, eh bien Jean-Philippe Rémy nous l’explique

Cherchant ses mots pour décrire ce son incongru, il le compare à « une canette de Pepsi qui tomberait par terre ». Pas d’odeur, pas de fumée, pas même un sifflement indiquant l’éjection d’un gaz toxique. Puis sont apparus les symptômes. Les hommes toussent violemment. Les yeux brûlent, les pupilles se rétractent à l’extrême, la vision s’obscurcit. Bientôt, surviennent les difficultés respiratoires, parfois aiguës, les vomissements, les évanouissements. Il faut évacuer les combattants les plus touchés, avant qu’ils n’étouffent.

De cela, les envoyés spéciaux du Monde ont été témoins plusieurs jours d’affilée dans ce quartier à la sortie de Damas, où la rébellion a pénétré en janvier. Depuis, l’enjeu de Jobar est crucial pour l’ASL comme pour le pouvoir. Mais, au cours d’un reportage de deux mois dans les environs de la capitale syrienne, nous avons réuni des éléments comparables dans une couronne beaucoup plus large. La gravité des cas, leur multiplication, la tactique d’emploi de telles armes montrent qu’il ne s’agit pas de simples gaz lacrymogènes utilisés sur les fronts, mais de produits d’une autre classe, bien plus toxiques

Sur la base des révélations du Journal LE MONDE, nous nous sommes donc intéressés aux manifestations qui ont lieu en ce moment en Turquie, et sur la base des photos et de la description donnée par Jean-Philippe Rémy, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que la police Turque est en ce moment  entrain d’utiliser de dangereuses armes chimiques contre les manifestants pacifiques qui défie le régime Erdogan ces jours-ci à Ankara et dans le reste de la Turquie.

D’abord les photos et les vidéos qui nous parviennent de Turquie montrent des manifestants qui se protègent des effets des armes chimiques utilisées par la police Turque, à l’aide de masque à Gaz semblables  à ceux endossés par les rebelles syriens. D’ailleurs, les mêmes policiers turques  endossent également ces masques à gaz pour se protéger de leurs propres armes chimiques. En regardant de près les vidéos, nous pouvons aussi voir des manifestants atteints par ces armes qui toussent violemment, qui semblent avoir les yeux qui  brûlent, les pupilles qui  se rétractent à l’extrême, la vision qui s’obscurcit. ces memes manifestants et parfois policiers semblent avoir  des  difficultés respiratoires, parfois aiguës, des vomissements, des évanouissements. Il faut très vite évacuer les manifestants les plus touchés, avant qu’ils n’étouffent.

 

Tout ceci est documenté dans la vidéo ci-dessous   publiée ces jours-ci par les manifestants turques.

Et que dire donc de ces dangereuses « canettes de Pepsi qui tomberaient par terre » décrites pas les rebelles syriens. Nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que ces dangereuses canettes ont été vues et filmées en Turquie. Par centaines sur les lieux du crime.

"Les canettes de pepsi " contenant les armes chimiques dont parlaient le journaliste du journal LE MONDE sont utilisées par les policiers turques contre des manifestants désarmés.

« Les canettes de pepsi  » contenant les armes chimiques dont parlait le journaliste du journal LE MONDE sont utilisées par les policiers turques contre des manifestants désarmés.

Cet article vous semble bizarre? Stupide? Ah oui, c’est ce que nous nous sommes dit en lisant l’article de Jean-Philippe Rémy dans le très sérieux journal LE MONDE

LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO LIBÉREZ GBAGBO

ACC – Côte d’Ivoire
Publicités