Mieux connaitre les instruments du néocolonialisme français ou françafrique: Le franc CFA 1ère partie

Posted on juin 6, 2013

3


LE FRANC CFA ET LE

DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE

Professeur Nicolas Agbohou

Professeur Nicolas Agbohou

Par le Pr Nicolas Agbohou

Introduction

L’indépendance politique réelle a pour conséquence immédiate l’acquisition par le pays concerné de la souveraineté monétaire

Celle-ci permet de maîtriser la Banque Centrale, les banques commerciales et tous les circuits financiers du pays afin de financer les projets socio-économiques conçus par le génie créatif ou inventif qui sommeille dans le peuple libre. Sans la souveraineté monétaire, aucun véritable développement socio-économique endogène durable ne peut être réalisé rapidement et aisément. Le recours constant à des dettes extérieures colossales pour construire valablement le pays a des limites structurelles bien connues dont la pauvreté et l’esclavage financier de la majorité de la population. C’est pourquoi, en

cette période cruciale du cinquantenaire de l’indépendance africaine , on peut légitimement s’interroger sur les apports du franc CFA et sur les causes du rejet de la souveraineté monétaire par les 15 pays d’Afrique1 de la zone franc politiquement indépendants !

Un diagnostic scientifiquement froid s’impose (Première partie) avant de proposer des solutions ( Deuxième partie ) dont l’application permettra au continent noir de renaître de ses cendres actuelles

  1. Première partie : Le Diagnostic

I – Justification et résultats de la coopération monétaire franco-africaine

A- Justification

« La coopération monétaire doit permettre aux pays d’outre-mer2 d’avancer sur la voie du développement plus vite qu’ils ne pourraient le faire seuls »3.

Les résultats observés de cette coopération sont meilleurs pour la France et défavorables aux Africains.

B-Les Résultats

A titre d’illustration, on peut lire l’évolution des PIB ou PNB et les différents classements des pays établis par les Nations Unies.

      1. B1- Evolution des PIB ou des PNB des PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC (PAZF) de 1960 à 2005

Le bilan de la coopération monétaire franco-africaine est globalement défavorable aux PAZF. Conformément aux données statistiques internationales ci-dessous4, plusieurs pays de la zone franc CFA ont un niveau de revenu par habitant nettement inférieur à celui qu’ils avaient en 1960. Ces pays sont par exemple le Niger dont le ressortissant vivait deux fois mieux en 1960 qu’aujourd’hui, la République de Centrafrique et le Sénégal. Tous ces pays, malgré le tutorat monétaire français tant vanté dont ils bénéficient depuis 1945 jusqu’à ce jour, ont régressé. Leur PNB par habitant de 2005 est inférieur à celui de 1960.

1 960 1 993 Evolution 2005
Niger 556 268 -52 % 240
Centrafrique 426 348 -18,31 % 247
Sénégal 713 615 -13,75 % 708

Tableau des PNB par habitant en $.

Sources : Rapport du P.N.U.D 1997, P. 160.

Le P.I.B. par habitant de 1995 ci-dessous des autres pays de la zone franc CFA les mieux lotis est très loin d’atteindre son niveau de 1970. Ce recul de vingt-cinq ans au moins s’observe par exemple en Côte d’Ivoire où cet indicateur économique chute presque de 25 % contre 20 % au Tchad et 18,25 % au Togo.

Tableau des PIB par habitant (en $ de 1987).

1 970 1 995 Evolution
Côte d’Ivoire 971 732 – 24,6 %
Tchad 198 178 -20 %
Togo 400 327 -18,25 %

Sources : Rapport du P.N.U.D 1998, P. 163.

  1. B2- classement des pays selon l’IDH du PNUD

Dans le classement 1998 des pays établi par le P.N.U.D. selon le critère de l’Indice de Développement Humain (I.D.H.)5 ce sont le Mali, le Burkina-Faso et le Niger, trois pays de la zone franc, qui occupent le dernier rang mondial avec la Sierra Leone.

Classement de 1998 des pays selon l’I.D.H.

Pays Rang
Canada 1
France 2
Norvège 3
Etats-Unis 4
Algérie 82
Tunisie 83
Afrique du Sud 89
Gabon 120
Côte d’Ivoire 148
Mali 171
Burkina Faso 172
Niger 173
Sierra Leone 174

Sources : Rapport du P.N.U.D 1998, P. 163.

En parallèle à cette dégradation croissante du niveau de vie des PAZF, la France tire son épingle du jeu et se classe, après le Canada, comme le pays ayant le meilleur indice du développement humain. Cela veut dire que, contrairement aux idées reçues, la coopération monétaire franco-africaine ne profite pas aux Africains : « La plupart des pays d’Afrique subsaharienne… voient l’écart avec les pays riches se creuser. »6 Les PAZF auraient pu certes amorcer leur décollage au contact serré avec la France émergente. Mais les faits incontestables sont bien là.

L’Algérie (82ème) et la Tunisie (83ème) se sont retirées de la zone F CFA et sont de très loin en tête de tous les pays africains utilisateurs du F CFA. En revanche, le Mali, qui a réintégré la zone F CFA après l’avoir abandonnée, démontre clairement quele rejet de la souveraineté monétaire au profit de l’ancienne puissance colonisatrice est fondamentalement source de pauvreté structurelle et une erreur politique très grave qu’il faut corriger rapidement. Le Gabon et le Congo Brazzaville exportent du pétrole. Et malgré leur très faible population à nourrir, ces deux pays de la zone F CFA ont un indice de développement humain qui n’honore ni leurs dirigeants, ni même l’Afrique.

B22-Classement de 2004 des pays selon l’IDH

Pays Rang
Bénin 163
Côte d’Ivoire 164
Zambie 165
Malawi 166
Congo, Rép. dém. du 167
Mozambique 168
Burundi 169
Éthiopie 170
Tchad 171
Centrafricaine, République 172
Guinée-Bissau 173
Burkina Faso 174
Mali 175
Sierra Leone 176
Niger 177

Sources : Rapport du P.N.U.D 2004,

Comme on peut le constater objectivement, le Niger, le Mali, la Guinée- Bissau, la République Centrafricaine et le Tchad, qui sont tous des membres de la zone franc CFA, occupent les derniers rangs dans ce classement des pays du monde selon le même critère de l’IDH. La Sierra Leone de 2004, quoique dévastée par la guerre civile, devance le Niger qui est cependant le troisième producteur mondial de l’uranium sur lequel la multinationale française Areva a un véritable contrôle. L’appauvrissement structurel de ce pays nigérien s’observe dans le classement mondial des pays en 2008 où des PAZF contrôlés monétairement par la France sont au bas de l’échelle.

B23-Classement de 2008 des pays selon l’I.D.H.

Pays

Rang

Islande 1
Norvège 2
France 10
Tchad 170
République Centrafricaine 171
Mozambique 172
Mali 173
Niger 174
Guinée Bissau 175
Burkina Faso 176
Sierra Leone 177

Source : Rapport sur le développement humain du PNUD 2007-2008

A SUIVRE…….

Pr Nicolas Agbohou

agbohou@wanadoo.fr

Livre de référence :

LE FRANC CFA ET L’EURO CONTRE L’AFRIQUE

de Nicolas Agbohou éditions SOLIDARITÉ MONDIALE

1

 Ces 15 pays sont :La Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin, le Burkina-Faso, le Mali, le Niger, le Sénégal et la Guinée-Bisau qui sont les 8 membres de la BCEAO dont l’homologue en Afrique Centrale est la BEAC qui regroupe en son sein les 6 pays suivants: le Gabon, le Congo-Brazzaville,le Cameroun, la République Centrafricaine, le Tchad et la Guinée Équatoriale. A ces 14 pays s’ajoute la République Fédérale Islamique des Comores.

2

 Les pays d’Outre-mer désignent, entre autres, les quinze pays africains membres de la zone franc cfa

Ces 15 Pays membres de la zone franc cfa sont la côte d’ivoire, le Togo, le Bénin, le Burkina-Faso, le Mali, le Niger, le Sénégal et la Guinée-Bissau réunis dans la BCEAO. A ces pays s’ajoutent les membres de la BEAC qui sont le Gabon, le Congo-Brazzaville, le Cameroun, la République de Centrafrique, la Guinée Equatoriale et le Tchad. Le quinzième pays est la République Fédérale Islamique des Comores

3

 Journal Officiel de France, N°3 du 15 avril 1970, page 186, alinéa 5

4

 Lire le Rapport 1998 du P.N.U.D.

5

 I.D.H. L’Indice de Développement Humain comprend quatre grandes composantes :

– La productivité. Les personnes doivent avoir la possibilité d’accroître leur productivité, de participer pleinement aux processus de production de revenus et d’accéder à un emploi rémunérateur. La croissance économique constitue donc un sous-ensemble des modèles de développement humain.

– La justice sociale. Les individus doivent avoir accès à l’égalité des chances. Tous les obstacles entravant les potentialités économiques et politiques doivent être éliminés de manière à permettre aux individus de jouer un rôle actif dans la société et de tirer parti de ces potentialités.

– La durabilité. L’accès à ces potentialités doit être assuré non seulement aux générations actuelles, mais aussi aux générations futures. Il importe de renouveler toutes les formes de capital ; matériel, humain et naturel.

– Le contrôle des personnes sur leur destinée. Les invidious doivent être les acteurs du développement plus encore que leurs destinataires. Les personnes doivent participer pleinement aux décisions et aux processus qui décident du cours de leur vie.

– Lire Rapport Mondial sur le Développement Humain, du P.N.U.D., de 1995 Ed. Economica, P. 14.

6

 Les Echos du 23 Septembre 1998, P. 6. qui citent le Rapport 1998 du PNUD.

Publicités