Nouvelle attaque contre les gendarmes en Côte d’Ivoire: La saison de chasse au gendarme continue

Posted on septembre 16, 2013

2


Un chasseur dozo en embuscade

Un chasseur dozo en embuscade

La série noire continue pour les gendarmes en service dans  la capitale politique ivoirienne Yamoussokro continue. L’on apprend en effet qu’une nouvelle attaque contre une patrouille de gendarmes a eu lieu dans la nuit entre dimanche 15 et lundi 16 septembre 2013. Lors de cette attaque qui est la troisième contre les gendarmes en moins d’une semaine, un militaire a été blessé et évacué au CHR de Yamoussoukro.

Tout a commencé il y’a moins d’une semaine, plus précisément dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 septembre, lorsqu’un détachement de gendarmes, à bord d’un cargo militaire, prend la route d’Oumé, dans le cadre des patrouilles nocturnes, conformément aux instructions de la hiérarchie afin de lutter contre la criminalité grandissante qui a cours sur les routes de la Côte d’Ivoire. Voulant interpeller un chasseur traditionnel dozo qu’ils trouvaient suspect, les gendarmes se retrouvèrent assaillis par un déluge de feu. Gravement atteints,  Le MDL Atto N’Takpé Fulbert décédera immédiatement, tandis que son collègue Silvère Eric Ouékonhi mourra quelques jours plus tard à Abidjan où il avait été évacué.

Dans la journée du 13 septembre 2013, c’est une patrouille de police qui cette fois sera prise à partie par les chasseurs traditionnels appartenant à la confrérie dozo, qui  furent  recrutés par Alassane Dramane Ouattara durant la guerre en Côte d’Ivoire afin de l’aider à prendre le pouvoir. ces dozo qui depuis lors n’ont pas désarmé attaqueront les policiers tuant l’un d’entre eux le sergent de police Glacia Sompohi Luc Olivier, et blessant gravement deux autres dont le commissaire de police Bakayoko Aboulaye. Les policier quant à eux abattent cette nuit là deux chasseurs traditionnels, et en blessent deux.

Déjà la nuit précédente le 12 septembre à 22h, les gendarmes avaient de nouveau été attaqués par les chasseurs traditionnels dozo. Cette fois, ils ne s’étaient pas laissés surprendre et avaient abattu 2 chasseurs traditionnels, et blessé un troisième.  Ce dernier, dans le courant de la matinée de vendredi 13 septembre avait cherché à se faire soigner au CHR de Yamoussoukro. Mis au parfum, les gendarmes l’avaient immédiatement mis aux arrêts. Cette arrestation avait révolté les chasseurs traditionnels qui se rendirent armés et en masse à l’hôpital dans le but de libérer leur collègue. Les gendarmes de la ville répliquèrent en encerclant l’hôpital.

La guerre civile entre factions rivales au sein de la milice armée au service d’alassane dramane ouattara semble donc être lancée, avec les gendarmes et policiers décidés à venger leurs morts, et les chasseurs traditionnels dozo forts de leurs appuis au sein de l’administration ouattara qui semblent ne pas vouloir se laisser faire. L’attaque de la nuit dernière est la preuve que la situation à Yamoussokro reste extrêmement tendue.

ACC – Côte d’Ivoire

Publicités