Magen David: comme Israël, l’union européenne refuse elle aussi le sang des africains

Posted on décembre 13, 2013

2


Magen David adom

L’histoire de la députée noire d’origine éthiopienne Magen David Adom, à qui il a été refusé de faire un don de sang est entrain de faire le tour de la planète provoquant stupeur et (fausse) indignation. La députée aurait été victime d’une directive du ministère de la santé israélien qui interdit d’accepter du sang d’origine éthiopienne, car le ministère estime que ce sang pourrait propager des maladies.

Les journaux européens qui en ce moment se délectent de cette histoire savent ils seulement que la même directive existe et est appliquée au sein de l’union européenne?

En effet, d’après la DIRECTIVE 2004/33/CE DE LA COMMISSION du 22 mars 2004 portant application de la directive 2002/98/CE du Parlement européen et du Conseil concernant certaines exigences techniques relatives au sang et aux composants sanguins, sont exclues de la donation:

— Les Personnes qui ont vécu dans des régions à paludisme endémique pendant leurs cinq premières .

— Personnes ayant des antécédents de paludisme.

Ces deux conditions de la directive européenne qui excluent des dons de sang dans l’union européenne, pratiquement tous les africains originaires des pays subsahariens sont en vigueur et n’ont rien à envier à la directive israélienne qui en ce moment fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Par honnêteté intellectuelle, il faut expliquer que pour se défendre contre le paludisme, l’organisme modifie très souvent la forme des globules rouges qui prennent la forme de faucilles. C’est donc (en principe) afin d’éviter de transfuser ces globules rouges modifiés que l’union européenne, (et probablement le ministère de la santé israélien) ont adopté ces directives.

Il faut remarquer que théoriquement les africains excluent pourraient donner du sang mais si, (dans le premier cas) lors de chaque don un test immunologique ou génomique moléculaire est négatif, et si (dans le second cas) un test immunologique ou génomique moléculaire est négatif. Dans la pratique, les africains subsahariens s’entendent souvent tout simplement dire qu’ils ne peuvent pas donner du sang ou s’ils y tiennent vraiment ils peuvent faire une plasmaphérèse .

Le problème c’est que les appareils qui permettent de pratiquer la plasmaphérèse (prélèvement de sang sans globules rouges) étant très délicats, ils ne peuvent pas facilement être déplacés pendant les campagnes pour la donation de sang dans les lieux publics, d’où le refus poli qui est souvent adressé en Europe aux noirs qui veulent donner leur sang.

Sans vouloir dédouaner le gouvernement israélien, et afin de ne pas être manipulés dans cette affaire, il serait intéressant ouvrir un débat sur cette question en incluant le cas des pays de l’union européenne qui appliquent une directive semblable à celle d’Israël, et revoir certaines pratiques qui comme nous l’avons vu dans le cas de la députée Magen David Adom peuvent être vraiment frustrantes.

Publicités