L’épouse d’un officier déserteur ivoirien kidnappée par l’armée et séquestrée avec son nouveau né.

Posted on décembre 30, 2013

0


Bawa-1-copie

L’épouse de l’enseigne de vaisseau de 1ère classe Ourigou Bawa et leur nouveau né enlevés et séquestrés par le régime ivoirien.

L’épouse de L’enseigne de vaisseau de 1ère classe (Lt) Ourigou Bawa, Bahi Anastasie a été déférée à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) avec son nouveau né. Dans la nuit du 22 décembre, Bahi Anastasie était tombée dans un traquenard posé par les hommes d’Ahmed Bakayoko, le monsieur sécurité du régime Ouattara. Croyant avoir affaire à un ami de famille, elle s’était rendue à un rendez-vous. Au lieu de l’ami de famille, c’est entre les mains de la police politique de Ouattara qu’elle se retrouvera. Torturée par les hommes d’Alassane Dramane Ouattara, elle contactera son mari L’enseigne de vaisseau de 1ère classe (Lt) Ourigou Bawa via des membres de sa belle famille pour leur communiquer la principale exigence de ses kidnappeurs: L’enseigne de vaisseau de 1ère classe (Lt) Ourigou Bawa devait se rendre, faute de quoi les tortures auraient continué jusqu’à la mort de son épouse et de leur nouveau né.

Une fois le Lt Bawa informé, Comme nous l’expliquions dans l’un de nos articles (que vous pouvez lire ICI)  il se rendra le 24 décembre 2013 entre les mains des tortionnaires de son épouse, dans l’espoir que cette dernière et son nouveau né recouvrent leur liberté. Peine perdue, car nous apprenons ce soir 29 décembre 2013 que Mme Bawa a été déférée avec son nouveau né à la MACA avec l’accusation d’avoir participé à l’attaque du camp militaire d’Akouédo à Abidjan,  dans la nuit du 6 au 7 aout 2012.

Voilà donc un régime qui demande aux exilés de rentrer, mais qui enlève des femmes et des nourrissons afin d’arriver à leurs mari et père. Une fois de plus, tout ceci sous les yeux de la communauté internationale.

ACC- Côte d’Ivoire.

Publicités